Témoignages – Deux enseignantes partagent leurs retours sur la classe bleue – Aisance aquatique

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une classe bleue – aisance aquatique s’est déroulée du lundi 06 au vendredi 10 septembre 2021 à Annecy (74). Les classes de Grande section de l’Ecole maternelle Les Romains ont participé à ce dispositif. Les enseignantes Mme Christine GUERRET et Mme Sophie LAGNIAZ ont répondu à quelques questions et nous partagent leur retour d’expérience.

ICARE : Pouvez- vous vous présenter ?

Sophie : Je suis professeur des écoles. J’exerce depuis 30 ans en maternelle. Depuis 5 ans, je travaille à l’école maternelle Les Romains avec une classe de Grande Section.

Christine : Je suis professeur des écoles. J’exerce depuis 14 ans en maternelle.

L’activité piscine fait partie du programme des GS. L’école des Romains accueille un public très hétérogène. Certains enfants ne sont jamais allés à la piscine, ni même à la plage.

ICARE : Comment vous êtes vous préparées à cette classe bleue ?

Sophie & Christine : Christophe MOUICI (Ndlr. Chef de bassin, rattaché à la Direction des Sports de la ville d’Annecy et l’organisateur de cette formation aisance aquatique) nous a informées, à la fin de l’année scolaire 2020/2021, qu’un dispositif particulier (semaine bloquée avec 2 séances à la piscine par jour) serait proposé aux enseignantes de GS, avec des encadrants en nombre. A l’école, nous en avons parlé en équipe pédagogique. Nous en avons également discuté avec notre conseillé pédagogique, Emmanuel PONT. (Circonscription Annecy- Ouest)

Le fait qu’il n’y ait pas besoin de parents ayant l’agrément a été un élément qui nous a décidé. Nous avons voulu vivre ce nouveau dispositif avec nos élèves. L’année dernière, les élèves étaient déjà allés dans le grand bassin (cycle Automne). 

ICARE : Comment avez – vous vécu cette expérience ?

Sophie & Christine : L’activité « piscine » est toujours pour nous un peu stressante. Cette année, les séances commençant très tôt dans l’année, nous ne connaissions pas encore beaucoup nos élèves, ni leur degré d’autonomie pour les moments dans les vestiaires. Nous avons beaucoup apprécié les temps de « bilan ou d’interprétation » donnés par les encadrants sur les actions ou le comportement des élèves ainsi que le fait que ce dispositif permette à l’enseignant d’être observateur.

ICARE : Avez – vous fait des observations particulières chez les élèves (avant la piscine, en classe …) ?

Sophie & Christine : Avant la première séance, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour parler de la piscine (1ère séance qui a débuté 2 jours après la rentrée des classes). Nous avons parlé de l’équipement nécessaire pour aller dans l’eau, des règles à la piscine (je me déplace en marchant, je sors du bassin dès que l’adulte annonce la fin de la séance…) Certains élèves étaient inquiets à l’annonce des séances de piscine. D’autres, (qui y vont avec leur famille, qui se sont baignés pendant les vacances) étaient très contents.

Avant le début du cycle, les enfants discutaient beaucoup entre eux de la piscine. L’expression « Je vais me noyer » revenait souvent.

ICARE : Quels ont été les retours des parents d’élèves ?

Sophie & Christine : Les parents ont été informés durant les 2 jours de rentrée, juste avant le début de cette semaine bloquée. L’accueil a été très partagé. Certains parents ont été très enthousiastes alors que d’autres plus méfiants et soulevant des problèmes de gestion des maillots de bain et serviettes entre les 2 séances. A l’école, avec ma collègue, nous avons installé un étendage et nous avons proposé aux parents de faire sécher les maillots de tous les élèves pendant la pause méridienne.

Chaque jour, un retour a été fait aux parents. Les enfants, surpris au départ, d’aller 2 fois par jour, à la piscine ont très vite adhéré à ce dispositif. Beaucoup d’enthousiasme et de plaisir qui ont été communicatifs. Toutes les familles ont fini elles-aussi à adhérer pleinement.

ICARE : Quel(s) souvenir(s) marquant(s) gardez – vous de cette classe bleue ?

Sophie & Christine : Nous gardons le souvenir d’enfants heureux, qui ont osé expérimenter le milieu aquatique en prenant confiance de jour en jour.

Ce dispositif a créé une véritable cohésion de groupe, autour d’un projet commun, vécu par tous, instaurant ainsi de très bonnes conditions pour commencer l’année scolaire. 

ICARE : Souhaitez – vous réinvestir des éléments de cette classe bleue dans votre pratique ?

Sophie & Christine : Les principaux objectifs de la classe bleue sont tout à fait transposables à la pratique de la classe à savoir : 

– Mettre l’enfant au coeur de son apprentissage à travers des acquisitions et une construction basée sur sa propre expérience.

– Vivre une expérience commune à tous. Travailler, de retour en classe, sur ce projet commun. Réinvestir ce que l’on a vécu dans d’autres domaines des apprentissages.

– Acquérir de l’autonomie, de la confiance en soi, de la construction sociale à travers le travail en groupes ou groupe classe.

– Respecter le développement et rythme de chaque enfant

Réalisations des élèves en classe. Support proposé, une photo imprimée de la piscine sur laquelle ils pouvaient se représenter.

ICARE : Avez – vous rencontré des difficultés, appréhensions et si oui, lesquelles ?

Sophie & Christine : La difficulté principale a été de se mettre en retrait. Eventuellement, de ne pas transmettre sa peur ou son appréhension à nos élèves en intervenant trop rapidement si, par exemple, un enfant semble en difficulté. Mais montrer aux élèves que nous sommes là, comme les autres encadrants pour encourager, rassurer, motiver, féliciter et leur dire qu’ils peuvent sortir de l’eau s’ils le souhaitent. 

ICARE : L’enseignement massé de la classe bleue peut faire peur. Quel est votre ressenti à ce sujet ?

Sophie & Christine : Nous avons remarqué que certains élèves, déjà plus craintifs au départ, étaient un peu perdus lorsqu’il y avait beaucoup d’enfants dans le même bassin et notamment des enfants un peu plus âgés et plus à l’aise avec l’eau. Du coup, ils restaient un peu figés sur le bord du bassin et n’osaient plus expérimenter.

ICARE : Quels conseils donneriez – vous ou recommanderiez vous à de futurs enseignants de participer à ces classes bleues ?

Sophie & Christine : Oui, sans hésitation.

 

Propos recueillis à l’issue de la semaine de classe bleue, qui vient en support de la formation Aisance Aquatique. L’Institut ICARE remercie Sophie et Christine de ce partage.

Derniers articles